Le café a un goût amer ce matin à la kfet de l’IAE Lille. Il n’a, pourtant, pas changé.
Une méditation matinale alors que des étudiants préparent hâtivement un exposé prévu à 9h.
Pas de management sans une « fin de l’Histoire » au sens de Fukuyama : le business ne prospère pas en situation de guerre. Du moins celui que nous souhaitons.
Il faut savoir nier le réel pour croire en nos concepts/fictions/abstractions du marché, du client ou du collaborateur.
Nos théories, nos outils, nos modèles s’effacent devant le retour de l’Histoire, celle des conflits mimétiques et de la rationalité plafonnée.
Après les attentats, deux ans de pandémie, l’unanimisme de groupe et une stigmatisation du non conformisme face au virus, vient le temps de l’Ennemi.
Ainsi répétons-nous ce que, chez nos aïeux, nous pensions avoir laissé.
« Qui ouvre les yeux s’éveille à un monde en guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.